Pour ce second article de la rubrique « En aparté », je vous propose de parler moteur et de découvrir une possible future motorisation d’origine Petronas / Proton qui s’annonce très intéressante et qui pourrait être envisagée pour les swaps.

Nos Lotus légères sont motorisées par des blocs d’origine Rover dont les puissances s’étalent de 120 chevaux pour la version standard à 190 chevaux en déclinaison VHPD (Exige S1), éventuellement un peu plus avec une grosse préparation mais c’est au détriment de la fiabilité. Ce moteur est surtout apprécié pour son poids très contenu. Les swaps les plus connus se font avec des Honda K20 en provenance de Civic Type R et offrent entre 200 et 260 chevaux avec une bonne préparation mais sont plus lourds que le Rover. Le bloc Honda peut également être compressé. L’auto s’alourdit encore plus mais peut délivrer alors bien plus de 300 chevaux. Il est également possible d’utiliser un K24 (2.4 au lieu de 2.0 de cylindrée) qui peut atteindre en atmosphérique 320 chevaux s’il est associé à une culasse de K20 et bien préparé. Ce bloc est réputé très fiable. Bien que plus rares, on trouve également des montages avec des blocs Audi 1.8 turbo ou 2.0 turbo supportant des préparations très importantes. Enfin, la solution du Ford Duratec (retenue par Jules sur sa belle Exige S1, voir son article détaillé sur le sujet) offre des puissances parfaitement adaptées à nos autos sans nécessairement s’encombrer d’un lourd compresseur ou turbo. Ce sont par ailleurs ces moteurs que l’on retrouve chez Caterham après préparation par Cosworth : 2.0 atmo de 240 ou 263 chevaux pour les 485R et R500, 2.3 atmo de 260 chevaux pour la CSR 260 et même 2.0 compressé de 320 chevaux pour la radicale 620R. Toutes ces solutions sont connues et chacun a son avis sur la meilleure en fonction de ses attentes.

520

La nouveauté vient cette fois-ci de Petronas, entreprise pétrolière malaisienne engagée en Formule 1 entre 1997 et 2005 avec Sauber. Les monoplaces sponsorisées par la compagnie utilisaient des moteurs Ferrari mais ils étaient revus et optimisés en interne. C’est cette expertise de motoriste que Proton, propriétaire de la marque Lotus depuis 1998, a rachetée en 2012. La firme dispose désormais des droits sur le moteur E01 dont le développement a débuté en mars 1997. Le premier démarrage s’est déroulé le 20 février 1998 et le moteur répondait alors aux normes Euro 2. Proton le retravaille actuellement pour qu’il soit conforme aux normes Euro 6C et il devrait être disponible sur le marché à partir de 2017. Il s’agit d’un 4 cylindres en aluminium de 2.0 de cylindrée à double arbre à cames en tête (DOHC – Double OverHead Camshaft) équipé de l’injection directe et d’une distribution variable (VVT – Variable Valve Timing) qui développe 201 chevaux à 7300 tr/m et 203 Nm à 5300 tr/m pour un poids de 108,9 kg. Il peut être dérivé en 1800 ou 2200 centimètres cubes.

521

Les poids des moteurs sont toujours des données compliquées à comparer car il faut savoir s’ils sont communiqués avec les périphériques (alternateur, collecteur, pompe de direction assistée, etc…) et avec ou sans huile. J’avais commencé à lister les différentes données trouvées sur internet mais devant les écarts et incohérences de certaines valeurs, je pense que la seule chose certaine à retenir c’est que nous n’avons aucune base exacte de comparaison. Je vous laisse donc juste de quoi avoir un ordre d’idée du poids des différentes solutions par rapport au Rover et ses 96,5 kg tout équipé :

  • Proton E01 (+ 12,4 kg)
  • Ford Duratec (+ 15 kg)
  • Honda atmo (+ 18 kg)
  • Honda compressé (+ 30 kg)
  • Audi turbo (+ 60 kg)

Bien entendu, il faut aussi prendre en compte la possibilité de garder la boite d’origine Rover PG1. C’est possible avec le Duratec, impossible avec le K20. Qu’en sera-t-il si le Proton E01 est disponible ? Enfin, on peut noter d’après les images que l’admission se trouve vers l’avant, comme sur le Honda, le Ford ou le Audi mais à l’inverse du Rover K sur lequel c’est le collecteur d’échappement qui est directement dans le dos des occupants. La conséquence est un moteur plus reculé donc une moins bonne répartition des masses.

Le bloc Proton en version E01e a été monté dans une Elise S1 qui est exposée au centre d’excellence de Proton. Vous pouvez voir toutes les photos en suivant ce lien.

518

519

Publicités